Projets

Nos projets visent à mieux comprendre et à mieux répondre aux besoins des personnes de la diversité sexuelle et de genre qui consomment des substances psychoactives.

Chemsex après 55 ans : parcours de vie des hommes de la diversité sexuelle et de genre et des personnes non-binaires

Financement: Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC)

Ce projet vise les objectifs suivants :

  • Documenter les significations de la pratique de chemsex parmi ces populations, tout en tenant compte que ces personnes se trouvent à l’intersection de plusieurs facteurs d’oppression concernant leur orientation sexuelle, identité de genre, âge, consommation de substances et, parfois, leur statut sérologique VIH+;
  • Décrire et comprendre les interrelations entre leur parcours de vie, incluant le rapport à l’âge, et leur pratique de chemsex;
  • Décrire et comprendre les interrelations entre leur statut sérologique au VIH et leur pratique de chemsex, incluant leurs pratiques de prévention du VIH et des autres ITSS en contexte de chemsex; et
  • Identifier les besoins en matière de recherche et d’intervention pour ces populations. Le projet suivra les principes de la recherche communautaire, c’est-à-dire l’implication des personnes concernées dans toutes les étapes du processus de recherche.

Une approche de parcours de vie sera aussi utilisée. Les données seront recueillies par le biais d’environ 40 entretiens semi-dirigés d’une durée d’environ 90 minutes.

Chercheur principal: Flores-Aranda, J. (UQAM)

Coordonnateur de recherche: Gaudette, Y. (UQAM)

Plateforme d’intervention sociale virtuelle pour les personnes de la diversité sexuelle et de genre

Financement: Fondation canadienne pour l’innovation (FCI; 2021-2025)

Le but de ce projet d’infrastructure qui soutient le projet de Chaire de recherche du Canada TRADIS – trajectoires, diversité, substances, est de développer, d’implanter et d’évaluer une plateforme numérique d’intervention psychosociale destinée aux personnes de la diversité sexuelle et de genre (DSG) qui consomment des substances psychoactives (SPA). Cette plateforme virtuelle sera composée de deux modules. Le premier module vise les interventions fondées sur des données provenant des projets de la Chaire TRADIS. Pour les personnes de la DSG, la plateforme offrira des fonctionnalités sophistiquées pour la détection de la consommation problématique de SPA et des enjeux qui peuvent en découler. Les personnes utilisatrices pourront bénéficier, en ligne, d’interventions brèves et ponctuelles ou suivre des interventions s’échelonnant sur plusieurs séances. Le second module vise la mise sur pied d’activités interactives avec des professionnels de la santé et communautaires. Il permettra d’évaluer les meilleures pratiques dans le domaine de l’intervention auprès des personnes de la DSG concernant différents types d’intervention. Il mettra à disposition des professionnels et des chercheurs, des outils adaptés, découlant des données de la recherche collectées, notamment, à l’aide du premier module. L’analyse et l’interprétation de ces données optimiseront la portée et l’efficacité des interventions axées sur une méthodologie anti-oppressive et de réduction des méfaits.

Chercheur responsable: Flores-Aranda, J. (UQAM)

Coordonnatrice: Bourgault Bouthillier, I. (UQAM)

PnP dans la diversité

Titre complet du projet: Vers des services adaptés pour les personnes de la diversité sexuelle et de genre ayant une consommation problématique de méthamphétamine et d’autres substances associées : une approche visant leur épanouissement en lien avec leur orientation sexuelle et leur identité de genre

Financement: Programme sur l’usage et la dépendance aux substances (PUDS; 2020-2023)

Ce projet vise à partir d’une approche qualitative à : 1) établir les profils des personnes de la DSG consommant de la méthamphétamine; 2) identifier leurs besoins en matière d’accompagnement et de soutien; 3) répertorier l’offre de services actuelle pour les consommateurs de méthamphétamine des grandes régions de Montréal, Québec et Gatineau; 4) évaluer l’adéquation de services répertoriés aux besoins et aux réalités des personnes de la DSG; et 5) proposer des lignes directrices entourant la prise en charge des personnes de la DSG au sein des services actuels, ainsi que des orientations pour le développement de services sensibles aux réalités de cette population. 

Chercheur Principal: Flores-Aranda, J. (UQAM)

Cochercheur.se.s: Blanchette, M. (UQAT), Couvrette, A. (UQO), Goyette, M. (UQAM), Ferlatte, O. (Université de Montréal), Lafortune, D. (UQAM), Medico D. (UQAM), Trottier, D. (UQO)

Coordonnatrice de recherche: Giugnatico, I. (UQAM)

Canna-Coach

Titre complet du projet: Adapter, promouvoir et pérenniser une application mobile destinée aux jeunes ayant un problème de consommation de cannabis présentant ou non un trouble concomitant

Financement: Programme sur l’usage et la dépendance aux substances (PUDS; 2018-2023)

Résumé: Le projet Canna-Coach est un projet visant à favoriser le développement, le déploiement et la diffusion d’une application mobile destinée aux jeunes québécois âgés de 14 à 25 ans ayant un problème de consommation de cannabis, avec ou sans trouble concomitant. Pour ce faire, le projet de recherche souhaite adapter l’application Suisse Stop-Cannabis.ch à un public plus jeune issu de la culture québécoise tant anglophone que francophone. Les changements et améliorations assureront la cohérence de cette application mobile avec l’approche de réduction des méfaits ainsi que la pérennité de l’application par un organisme du Québec reconnu dans le domaine des dépendances. Ce projet permettra de desservir des jeunes du Québec ayant des besoins sur le plan de leur consommation de cannabis en fonction de leur profil (genre, présence ou non d’un trouble de santé mentale, etc.) et de leur objectif de changement, de les mettre en lien avec les services, d’offrir un nouvel outil pour les intervenants qui œuvrent auprès de ceux-ci tout en développant leurs compétences entourant l’utilisation des technologies mobiles dans le champ des dépendances. Le développement d’un réseau social et l’entraide entre pairs sont des composantes complémentaires importantes d’une réadaptation en dépendance. Les jeunes ayant des problèmes de consommation de cannabis, avec ou sans trouble concomitant, ont peu accès à des services ou des espaces d’entraide entre pairs. Nous souhaitons remédier à cela en comprenant, du point de vue des jeunes qui consomment du cannabis et des intervenants, comment les applications mobiles peuvent être utilisées pour soutenir le rôle des pairs et le développement d’un réseau social afin de développer au moins deux modules complémentaires à l’application existante qui favoriseront le développement d’un réseau social et promouvront l’importance du soutien social via les pairs.

Chercheurs principaux: Goyette, M. (UQAM) et Flores-Aranda, J. (UQAM)

Coordonnatrice de recherche: Bourgault Bouthillier, I. (UQAM)

Allier cannabis et sexualité: réduire les risques tout en optimisant le plaisir

Financement: Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC; 2022-2025)

Le cannabis est, après l’alcool, la substance la plus fréquemment consommée lors d’activités sexuelles (Lambert et al., 2017) et elle s’avère liée à des conduites sexuelles à risque (Bellis et al., 2008). Force est de constater que les jeunes qui choisissent de consommer du cannabis et d’avoir des activités sexuelles ont peu de repères entourant les normes (p.ex. le consentement), les risques et les stratégies de prévention qu’iels peuvent mettre en place (Hemsing et al., 2020; Smith et al., 2021). Plusieurs tabous entourant la juxtaposition de ces conduites peuvent limiter leur demande d’information et de soutien auprès d’intervenant.e.s et de professionnel.le.s de la santé (Dumas et al., 2018; Goyette et Flores-Aranda, 2015). Face à cette situation, au-delà de recommander de ne pas consommer lors d’activités sexuelles, les intervenant.e.s des milieux communautaires, de l’éducation et spécialisé.e.s en dépendance et en santé sexuelle n’ont généralement pas de réponses à offrir aux jeunes afin de limiter les risques associés à cette combinaison d’activités et ressentent un malaise à aborder cette conduite sous l’angle à la fois de la consommation de substances et de la sexualité (Dumas et al., 2018; Goyette et al., 2015). Ce projet a comme but de développer et de mobiliser les connaissances afin de renforcer les capacités des milieux de pratique à élaborer et à mettre en place des activités de prévention ciblée, inclusive et intégrée des conduites à risque auprès des jeunes adultes (18-24 ans) qui ont des relations sexuelles alors qu’iels ont consommé du cannabis, en combinaison ou non avec d’autres substances.

Chercheur principal: Goyette, M. (UQAM)

Cochercheur.se.s: Flores-Aranda, J., Morvannou, A., Ferlatte, O., Fernet, M., Saint-Jacques, M., Hébert, M., Loslier, J., Bertrand, K.

Coordonnatrice de recherche: Bourgault Bouthillier, I. (UQAM)

Quelles sont les significations de la consommation d’alcool parmi les personnes de la diversité sexuelle et de genre ?

Financement: Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC; 2022-2023)

Les jeunes LGBTQ+ consomment plus d’alcool que les jeunes de la population générale. La discrimination et la stigmatisation dont ces jeunes sont l’objet, peuvent expliquer cette situation. Malgré les avancées concernant la reconnaissance des droits civiques des personnes LGBTQ+, la consommation d’alcool n’a pas diminué dans ces communautés. Le parcours de vie des personnes LGBTQ+ est teinté par une série d’événements dont : l’acceptation de sa propre orientation sexuelle ou son identité de genre, le processus de coming out, la socialisation, etc. Or, les études sur la consommation d’alcool parmi les personnes LGBTQ+ n’abordent pas, à notre connaissance, les liens entre ces parcours de vie et les trajectoires de consommation d’alcool. Ainsi, notre étude a pour objectifs de : 1) comprendre les significations de la consommation d’alcool parmi les personnes de la diversité sexuelle et de genre; 2) examiner s’il existe des liens entre les trajectoires d’utilisation d’alcool et le parcours de vie en tant que personne de la diversité sexuelle ou de genre; 3) identifier les besoins en termes de services associés à la consommation d’alcool. Pour répondre à ces objectifs, des entrevues semi-dirigées d’une durée d’environ 90 minutes seront menées. Le projet suivra les principes de la recherche communautaire, c’est-à-dire l’implication des personnes concernées dans toutes les étapes du processus de recherche. Les résultats de cette étude permettront le développement des interventions préventives ciblées concernant la consommation d’alcool ainsi que le développement des services adaptés pour les jeunes LGBTQ+ ayant une consommation problématique d’alcool.

Chercheurs principaux: Flores-Aranda, J. (UQAM), Dumont Blais, A. (RÉZO), Goyette, M. (UQAM)

Cochercheur.se.s: Bertrand, K. (UdeS, IUD), Cotton, J. C. (UdeS), Felatte, O. (UdeM), Ortiz Nunez, R. (UOttawa)

Les besoins complexes des personnes présentant des problématiques liées à une consommation de substances psychoactives et fréquentant des ressources pour personnes âgées 

Financement: Programme sur l’usage et la dépendance aux substances (PUDS; 2020-2023)

Ce projet vise à mieux comprendre les trajectoires au sein des services de santé et des services sociaux présentant des problématiques relatives à leur usage de substances et étant en lien avec des ressources d’hébergement de longue durée pour personnes aînées, dont des personnes de la DSG. Sur la base d’un devis qualitatif descriptif, cette étude vise également à connaître les besoins spécifiques des personnes aînées afin d’outiller les intervenants travaillant avec eux. 

Chercheur principal: Flores-Aranda, J. (UQAM)

Cochercheur.se.s: Wagner, V. (Institut universitaire sur les dépendances), Huynh, C. (Institut universitaire sur les dépendances), Ferland, F. (UQTR), L’Espérance N. (UQTR), Blanchette-Martin, N. (CIUSSS Chaudière-Appalaches), Aubut, V. (UQTR)

Évaluation de l’implantation d’un service de consommation d’alcool supervisée pour personnes en situation d’itinérance 

Financement: Programme sur l’usage et la dépendance aux substances (PUDS; 2020-2023)

Ce projet a pour objectif principal d’évaluer l’implantation du premier service de ce type à Montréal. En parallèle, ce sera l’occasion d’accompagner l’implantation du service en suivant les meilleures pratiques établies, de considérer les éléments ayant facilité ou nui à sa mise en oeuvre. Étant donné la nature participative de l’étude, il sera aussi question de développer, avec les utilisateurs des services, des indicateurs de succès (prise en compte des différents facteurs d’intersectionnalité, état de santé, stabilité résidentielle, contacts avec les services du réseau de la santé et services sociaux, contacts avec la police ou les agents de la paix) et d’évaluer l’influence de ce service. Ce projet comporte un devis qualitatif et quantitatif.

Chercheur principal: Flores-Aranda, J. (UQAM)

Cochercheur.se.s: Wagner, V. (IUD), Chesnay, C. (UQAM), Côté, P.B. (UQAM), MacDonald, S.A. (Université de Montréal), Fallu, J.S. (Université de Montréal) 

Les personnes de la diversité sexuelle et de genre en situation d’itinérance : quelles sont leurs caractéristiques et de quels services ont-elles besoin ?

Financement: Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC; 2021-2024)

Le projet a pour objectifs de 1) caractériser, dans une perspective intersectionnelle, les personnes de la diversité sexuelle et de genre en situation d’itinérance, ou à risque de le devenir, à Montréal; 2) Identifier les besoins en matière de services sociaux parmi les personnes de la diversité sexuelle et de genre en situation d’itinérance, ou à risque de le devenir; 3) Répertorier l’offre de services dans le domaine de l’itinérance à Montréal et évaluer leur adéquation avec les besoins des personnes de la diversité sexuelle et de genre. Il s’agit d’une étude qualitative descriptive s’appuyant sur une approche intersectionnelle. Dans le cadre de ce projet, nous formerons un groupe de travail constitué du chercheur, d’un intervenant œuvrant auprès des personnes de la DSG et d’un autre travaillant auprès des personnes en situation d’itinérance ainsi que d’une ou deux personnes possédant, ou ayant déjà possédé les caractéristiques de la population cible. Ce groupe de travail identifiera notamment les principaux moyens pour rejoindre la population ainsi que les meilleures méthodes pour collecter l’information pour répondre aux objectifs 1 et 2. Pour répondre à l’objectif 3, des groupes de discussion auprès d’intervenants et gestionnaires d’organismes offrant des services aux personnes en situation d’itinérance seront menés. Ce projet permettra d’obtenir les connaissances nécessaires pour des projets futurs visant le développement, l’implantation et l’évaluation de services adaptés, ou sensibles, aux personnes de la DSG en situation d’itinérance, ou à risque de le devenir.

Chercheur responsable: Flores-Aranda, J. (UQAM)

Links SU-Sex

Titre complet du projet: Une évaluation arrimée aux besoins pour des services adaptés : validation d’un instrument d’évaluation de la consommation sexualisée de substances des hommes gais, bisexuels et autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (gbHARSAH)

Financement: Institut universitaire sur les dépendances (IUD)

La consommation sexualisée de substances psychoactives (CS) désigne la prise de substances avant ou pendant les relations sexuelles. La CS, et notamment les conséquences associées, sont beaucoup plus documentées chez les hommes gais, bisexuels et les autres hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (gbHARSAH) que chez les hommes hétérosexuels. Or, les services en dépendance sont plus difficilement accessibles et demeurent sous-utilisés par les personnes issues de la diversité sexuelle. L’un des obstacles à l’accès aux services adaptés demeure le recours à une évaluation qui considère les risques et besoins spécifiques des gbHARSAH qui pratiquent la CS. Goyette et ses collaborateurs (2018) ont construit le Bilan de ma consommation et de ma sexualité (Links SU-Sex), un questionnaire développé pour évaluer l’influence et les conséquences de la CS auprès des gbHARSAH. Bien qu’il repose sur un processus de développement rigoureux et qu’il soit actuellement utilisé par certains organismes communautaires du Canada desservant les gbHARSAH, les qualités psychométriques de l’instrument n’ont pas fait l’objet d’un processus de validation.
Ce projet vise donc à valider les qualités psychométriques de la version originale du Links SU-Sex, développer une version brève du questionnaire et examiner la validité de construit du Links SU-Sex en explorant ses liens avec d’autres mesures évaluant des construits apparentés. Le développement et la validation d’une version brève pourraient faciliter son utilisation en contexte d’intervention qui nécessite un outil rapide de passation, de même qu’en recherche.

Chercheur principal: Mathieu Goyette (UQAM)

Cochercheur.se.s : Jorge Flores-Aranda (UQAM), Marianne Saint-Jacques (UdeS), David Lafortune-Sgambato (UQAM), Olivier Ferlatte (UdeM), Karine Bertrand (UdeS), Gabriel Daunais-Laurin (REZO)

Coordonnatrice: Maëlle Lefebvre (UQAM)